Les mots sont des fenêtres

Je viens de terminer l’ouvrage de Marshall B. Rosenberg, père de la Communication Non Violente (CNV), et je ne peux que vivement vous le recommander.

Ce mode de communication nous apprend à être en connexion directe avec nos besoins et donc nos ressentis mais aussi ceux des personnes qui nous entourent, pour établir une véritable relation de cœur à cœur.

A travers ce titre « les mots sont des fenêtres… (ou bien ce sont des murs) », on comprend que les mots que nous utilisons, même si notre interlocuteur les comprend, n’ont pas forcément la même signification dans sa réalité, dans sa façon d’appréhender le monde.

C’est pourquoi il apparaît comme nécessaire de ne plus tenir les autres pour responsables de nos besoins frustrés mais d’en assumer la pleine responsabilité et donc d’apprendre à formuler non pas des reproches mais plutôt des demandes.

A travers ce livre, Marshall B. Rosenberg nous montre via des exemples concrets comment prendre conscience des besoins cachés chez l’autre notamment lorsqu’un conflit éclate. Cette prise de conscience ramène tout le monde au statut d’humain qui éprouve des sentiments connectés à ses besoins. Ces derniers étant fondamentalement partagés par l’ensemble des êtres humains.

Ce livre est une pépite car il permet de trouver un apaisement personnel mais aussi relationnel en nous reconnectant à ce qui nous anime tous au plus profond de nous. Nos besoins si fondamentaux et pourtant si souvent laissés de côté, niés…

Bonne lecture !